Incontournable du verger : le cerisier

L’arrivée du printemps annonce l’incontournable du verger : le cerisier

Au moment où l’on subit une tragédie qui s’immisce comme une fausse note dans la mélodie de la vie, la nature poursuit son oeuvre. Au sortir de l’hiver nous attendons avec impatience l’arbre qui va nous donner ses premiers fruits, celui qui va honorer nos papilles, c’est le cerisier.

variétés cerise

Cerisiers ©Joana Bénichou

Le monde de la cerise parait simple mais en fait de quoi parle-t-on ? De la cerise normale dite anglaise, du bigarreau, de la griotte, de la guigne, de l’amarelle. Aujourd’hui, je veux vous parler des premières cerises celles que l’on attend l’eau à la bouche : les précoces. Elles ont comme autre avantage d’éviter le vers de la mouche, mais attention aux gelées tardives. Nous avons l’habitude d’honorer la Burlat, un beau bigarreau rouge, coquant et savoureux autour de fin mai. Nous avons été nombreux à planter la Blanchard : petite, rosée, au goût moyen mais nous avions gagné trois semaines pour assouvir notre envie. Puis vint Précoce de la marche, une guigne la même date, productive et plus charnu. Vers le 15 mai, le bigarreau de Mai, rouge orangé de calibre moyen, le 20 mai, la célèbre guigne du pays Basque la Péloa, très aromatique destinée à la confiture. Une classique pour les arboriculteurs spécialisés la Primulat, un bigarreau qui arrive mi-mai, croquant, à la mise à fruit rapide. Pour changer de couleur, la Bancale Précoce, bigarreau à gros fruit pointu jaune rosé, productif, arrive fin mai. La liste continue avec Abouriou, une guigne que j’adore : elle a un long pédoncule et une bonne qualité gustative, elle vient en même temps que Burlat mais on peut en faire de la pâtisserie et un jus épais.

La biodiversité de la cerise précoce est abondante contrairement à ce que l’on peut croire. Je vous livre une liste d’autres variétés non exhaustive : la Négrale guigne très juteuse et sucrée ; la Carmine avec un petit noyau, très productive, pour la transformation, fin mai ; la Précoce de Malacroix, croquante et sucrée, fin mai ; président Rivière, guigne très sucrée, fin mai ; la Verdée, petite sucrée, très bonne qualité gustative, productive, fin mai ; la Précoce du Luc, petite cerise de Provence venant fin Mai.

La découverte de ces variétés précoces vous a peut-être donné des idées de future plantation et certainement aiguisé votre appétit pour les prochaines cerises, cette année la clémence du climat a épargné nos arbres, ils nous offrent 8 à 10 % de récolte en plus. Profitez-en pour la valoriser !

Le 25 avril 2020, Raphaël Colicci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *