Les cépages oubliés de Gilbert

Les cépages oubliés de Gilbert

À Aujaguet, dans le Gard, dans le conservatoire de Gilbert Bischeri, vigneron et cultivateur des cépages oubliés, la vigne se cultive en treille (voir les nombreux avantages de ce mode de culture dans le numéro 74 spécial cépages interdits). C’est le rendez-vous des cépages oubliés : Noah, Isabelle, Othello, Jaquez, Herbemont et surtout Clinton, le chef de file dans la région. La profusion des cépages impressionne ! De quoi vendanger pour 600 bouteilles. Voisines d’un actinidier en fleurs, les vrilles de la vigne s’enroulent autour d’une treille en bois de chataîgner, un arbre cher aux Cévennes. L’an passé, Franco Zambon a offert à Gilbert une vigne de Clinton italien à gros grains pour complèter sa collection. Le pied donne déjà ces premiers fruits.

conservatoire cépages oubliés

Conservatoire des cépages oubliés surplombé par le château de Portes / Gilbert affairé au  liage

AVRIL

Les vignes de Gilbert sont au stade végétatif et en avance d’une semaine, avec une belle sortie de grappes… La taille a été faite en janvier par une équipe d’enthousiastes sympathisants de la région nîmoise, menée entre autres par Serge Balay, qui a si bien transmis sa passion à son fils, le cinéaste Stéphan Balay…

MAI

Ce mois-ci, notre spécialiste procède à l’ébourgeonnement. A l’aide d’un greffoir ou parfois juste à la main, il ôte les vrilles et les pousses autres que celle porteuse de grappe et celle de remplacement. C’est également le bon moment pour un traitement au soufre afin d’éviter l’oidium, cette maladie cryptogamique qui contamine surtout les grains de raisins à ce stade végétatif (la nouaison). Autre intervention, le liage : deux fois par semaine Gilbert fixe les nouvelles pousses à l’aide de fils, afin de bien guider le développement de la vigne et surtout pour que le vent ne l’abîme pas !

Cep de vigne prêt à être ébourgeonné / La nouaison intervient aussitôt la floraison terminée, les baies de raisin ont alors la grosseur d’un grain de poivre / Gilbert procède au traitement au souffre

Propos recueillis par Josiane Subirats et Joana Bénichou auprès de Gilbert Bischeri des Coteaux d’Aujac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *