Juin au verger

Juin au verger

Après avoir contemplé les magnifiques floraisons du mois de mai dans nos vergers, il nous faut accompagner la nouaison 1 des fruits afin d’avoir une bonne récolte. Le temps sec peut favoriser « la coulure 2 » des petits fruits en formation. C’est donc maintenant l’arrosage décisif qui permet de garder les fruits. Une fois cette nouaison réussie, il faut éclaircir les fruits en surnombre, pour avoir des fruits plus beaux et de meilleure qualité gustative. Cela permet aussi d’éviter que des branches cassent et perturbent l’architecture de l’arbre. Je préfère maîtriser la taille en vert surtout après la deuxième quinzaine de Juin. Cette taille permet une meilleure fructification pour l’année en cours et la prochaine. La sève se concentre sur les fruits, les rayons de soleil vont pénétrer à l’intérieur de l’arbre, ce qui donnera des fruits plus gros, plus sucrés et plein d’arômes. 

Ces fruits en croissance vont attirer des insectes et le plus dramatique serait une attaque de ravageurs comme les buprestes ou les zeuzères, dont les larves et chenilles respectivement, s’aventurent sous l’écorce et creusent des galeries dans le bois. On peut traiter avec le bacille de Thuringe ou tuer le ver en introduisant un fil de fer dans la galerie. 

D’autres prédateurs plus sympathiques sont les oiseaux, que l’on peut tenir à distance par des dispositifs appelés « effrayants » (mais il faut bien partager). Ne pas négliger les fourmis qu’il faut empêcher de venir élever les pucerons sur les feuilles. Une bande de glu sur le tronc suffira pour tempérer leurs ardeurs.

Un autre danger pour nos récoltes est le carpocapse, particulièrement sur la pomme, la poire, la prune, la pêche, la noix. La larve du carpocapse se développe à l’intérieur du fruit, le rendant inconsommable. On peut prévenir avec le pyrèthre, la roténone, ou le bacille de Thuringe. 

N’oublions pas de faire l’ébourgeonnage de la vigne, au cœur et sur le tronc.

C’est le moment d’utiliser les décoctions réalisées en mai (ortie, prêle, consoude) à la fois pour renforcer l’immunité du végétal mais aussi comme engrais pour stimuler la pousse de nos arbres.

Si ce n’est pas déjà fait, bouturer les jeunes pousses de romarin, de sauge, de fruits rouges, de figuiers…

Profitez des premiers fruits du vergers : cerises, abricots, pêches, figues, les autres vont suivre, quelle belle récompense du travail de l’année ! 

 

Raphaël Colicci

Notes :
 1 La nouaison est la phase initiale de formation du fruit. C’est le moment où l’ovaire de la fleur se transforme en fruit, en « baie », juste après la fécondation.
2 La coulure correspond à un arrêt extrêmement précoce du développement des jeunes fruits (qui se ratatinent ultérieurement).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *