C’est quoi la diversité fruitière ?

Il y a plusieurs niveaux de diversité :

  • Les différentes espèces fruitières : plaqueminier (kaki), pommier, poirier, grenadier… En France, on compte déjà près d’une vingtaine d’espèces fruitières cultivées de longue date (plusieurs siècles) : pommier / poirier / prunier / cerisier / abricotier / cognassier / néfliers / pêcher / figuier / grenadier / oranger / châtaignier / amandier / noyer / noisetier / fraisier / framboisier / groseillier / cassissier. S’y sont ajoutées plus récemment des espèces comme l’actinidier (kiwi). Avec l’essor de la permaculture, la diversité fruitière potentielle s’étend à de nouvelles espèces : asiminier…
  • Pour chaque espèce fruitière, il existe de très nombreux cultivars, plus communément appelés « variétés » (voire « sortes » pour le public non connaisseur). Ils sont issus de l’évolution d’une même espèce avec différentes communautés humaines, dans différents environnements, avec des utilisations et des goûts différents. Cette diversification est à l’origine d’une diversité extraordinaire : plusieurs centaines voire souvent plusieurs milliers de cultivars pour une espèce fruitière donnée !
  • Enfin, au sein même de chaque cultivar, on peut observer une diversité très variable. Cette diversité résulte du brassage génétique intervenant lors de la pollinisation, mais aussi de l’expression différente d’un même patrimoine génétique, dans des conditions différentes. Le greffage s’étant développé pour la multiplication d’un grand nombre de cultivars fruitiers, la diversité au sein de chaque cultivar a tendance à diminuer.

L’agriculture moderne émergeant à la fin du 19è siècle, orientée par une vision mécaniste du vivant, a privilégié des variétés « passe-partout » et très productives, au détriment de la diversité. Les méthodes de culture et de sélection ont conduit à un affaiblissement des plantes, ainsi qu’à une diminution alarmante des taux de nutriments dans les fruits. Mais également à la standardisation du goût : quelques variétés de pommes et toujours les mêmes partout…

Le retour de la diversité à toutes ses échelles est donc capital pour une production de fruits sains, nutritifs, diversifiés et savoureux.