Revue 54 : Les poires d'hiver – Version papier

6,00

Description

Revue 54 : Les poires d’hiver – Hiver 2012/2013

 

Sommaire

Potrait : Raphaël Colicci par Garance Pellier
Avant-propos pomologique : Confusions chez le kaki par Raphaël Colicci
Usage : Les différents usages du kaki par Garance Pellier
Economie : Le kaki dans l’économie par Louise Salathé
Cacographie : Mais quelle mouche a donc piqué nos muscats ?par Dominique Garrel
Botanique : Prémices botaniques du kaki par Christian Sunt
Recherche : Le kaki dans l’Hérault, le projet du CEHM par Garance Pellier
Cahier central : Qui connaît le kaki ? par Bernard Lantin
Technique : La culture du plaqueminier par Roger Gavinelli
Nutrition et santé : Usages cosmétique et médicinal du kaki par Raphaël Colicci
Valeurs nutritionnelles : Le kaki : des valeurs nutritionnelles presque inconnues par Christine Arnoux et James Forest
Gastronomie : Les kakis dans l’art culinaire par Roger Gavinelli
Technique : Récolte et consommation des kakis par Roger Gavinelli

————————————————

Edito

Le kaki, fruit céleste

Pour les peuples d’Asie, les Japonais et les Chinois en particulier, le KAKI est :  » KA = l’âme et KI = l’énergie, la Terre ; le fruit de Dieu pour l’âme de la Terre « . Un arbre fruitier, cadeau des dieux : la liaison entre le divin, les hommes et la mort (on place des fruits de kaki dans les cercueils au Japon).

Ce bel arbre de 3 à 8 mètres de haut, aux feuilles en forme de coeur, légèrement vernissées, produit des fruits ronds, gros comme des pommes, qui mûrissent à l’automne.

Ce fruit est très attirant surtout quand les arbres ayant perdu leurs feuilles en hiver sont comme des guirlandes et nous donnent un avant-goût de Noël. Nombreux sont les gens qui ont mordu dans un kaki non mûr et ne peuvent oublier cette astringence, ou ont dégusté un fruit trop mûr qui vous dégouline sur les doigts.

Introduit en France en1860, le plaqueminier n’a pas séduit les Français. Il est resté au rang désuet de curiosité ou pour assouvir les besoins des riches demeures en quête d’exotisme.

Sur le plan botanique, les plaqueminiers font partie d’un groupe de plantes considérées comme très évoluées et très complexes nécessitant des classifications très précises, surtout liées à leur pollinisation.

Il y a une dizaine d’années, j’ai été frappé de constater que ce fruit était mal aimé en France alors que de nombreuses variétés sont riches en goût, en saveurs exotiques, et ont des qualités nutritionnelles exceptionnelles. Elles peuvent nous aider dans le domaine de la santé grâce à des ployphénols et des molécules régulant le diabète.

Il m’a semblé intéressant de créer en 2005 le premier Conservatoire du Plaqueminier avec de nombreux cultivars non astringents et des particularismes d’usage, dans le but de développer la culture et la consommation du kaki en France.

La filière kaki a créé des milliers d’emplois dans les autres pays méditerranéens. IL existe un marché français, il faut le développer. Quelques arboriculteurs languedociens ont diversifié leur production avec la variété kaki Fuyu avec succès.

Le CEHM de Marsillargues expérimente une dizaine de variétés en culture biologique pour mieux conseiller les professionnels. La recherche a ouvert de nouveaux horizons et les laboratoires, en demande, sont intéressés apr ces recherches.

Innovons, proposons d’autres usages de ce fruit : séché, en jus, cuisiné, pour la cosmétique… Vous pourrez, dans cette revue, découvrir les nombreuses facettes de arbre méconnu.

Vous comprendrez pourquoi, en Asie, il est considéré comme l’arbre universel.

Raphaël Colicci

Informations complémentaires

Poids 150 g


Produits exclusifs

Catégorie spéciale de produits